Quiz : adolesence et délinquance

801 0
photo

Les mauvais coups commis durant l’adolescence attirent habituellement l’attention des figures d’autorités telles que les parents et les enseignants. Toutefois, la relation entre l’adolescence et la délinquance est complexe à comprendre. Nous vous proposons ainsi un quiz afin de mieux comprendre ce phénomène.

Vrai ou Faux : une grande majorité des adolescents commettent des délits ?

Vrai : Une grande majorité des adolescents commettent des délits, notamment puisque cette période est marquée par une quête d’autonomie envers les figures d’autorités (parents, enseignants,etc.). Il s’agit généralement de petits délits (ex. vandalisme, consommation de cannabis), réalisés entre amis,  lesquelles leur permettent de manifester leurs indépendances.

Vrai ou Faux : les adolescents ne commettent aucun délit « grave » ?

Faux : Une petite proportion des adolescents s’engagerait dans une délinquance plus importante, marquée par une fréquence plus élevée de délits, mais également par des crimes plus sérieux (ex. voie de fait avec lésions, vols à main armée, etc.). De plus, ces adolescents ne nécessitent pas l’influence des pairs afin de commettre leurs délits, ils agiraient à titre de mauvaise influence pour les autres adolescents. Pour ces adolescents engagé dans un délinquance plus grave, leurs motivations dépasseraient la simple « quête » d’autonomie liée à la période de l’adolescence. La délinquance de ces adolescents serait causée par des déficits neuropsychologiques (ex. impulsivité) et un environnement social défaillant (pauvreté, parents avec de faibles habiletés parentales, etc.)

Vrai ou faux : il est possible d’observer des comportements durant l’enfance qui sont généralement liés à la délinquance durant l’adolescence ?

Vrai : Pour les adolescents qui s’engagent dans une délinquance plus grave, leur enfance est généralement marquée par des troubles de comportements. Par exemple, des comportements agressifs importants envers les autres enfants (mordre, frapper, griffer, etc.). Par contre, il est faux de dire que tous les adolescents qui commettent des délits connaissent une enfance marquée par des troubles de comportements. Les adolescents qui commettent de petits délits mineurs ont généralement une enfance sans trouble de comportements importants.

Vrai ou faux : tous les adolescents commettent des délits ?

Faux : Si la plupart des adolescents commettent des délits mineurs, une petite proportion des adolescents s’abstiendrait de toute délinquance. Les explications scientifiques demeurent plus ou moins claires, certains chercheurs suggèrent qu’il s’agirait d’adolescents qui ne ressentent pas de besoin d’autonomie et d’indépendance envers les figures autoritaires, qui ont accès à « rôles » d’adultes assez tôt, qui sont peu exposés à des pairs délinquants et qui seraient exclus des opportunités criminelles.

Vrai ou faux : tous les adolescents qui commettent des délits deviendront des criminels à l’âge adulte ?

Faux : Pour la plupart des adolescents, la délinquance s’arrêtera au début de l’âge adulte. Il s’agit des adolescents qui commettent des délits mineurs et pour qui arrivez à l’âge adulte, ce désir d’autonomie et d’indépendance disparait ou encore peut être comblé par d’autres activités que les délits (travail, université, relation amoureuse, etc.).Par contre, pour cette faible proportion des adolescents qui commettent un nombre plus important de délits, des délits plus graves et qui ont généralement des troubles de comportements important durant l’enfance, la délinquance persiste généralement à l’âge adulte et sera marquée par la violence et la diversité des comportements criminels.

Vrai ou faux : Les délinquants qui « persistent » à l’âge adulte n’ont aucune chance de quitter leur mode de vie criminel ?

…Faux : Bien que certains chercheurs (Moffit, 1993) en criminologie suggèrent que les chances que les délinquants persistants abandonnent leur mode de vie criminel soit très faibles, certaines études plus ont montré le contraire (Maruna,2001). Plus précisément, les délinquants qualifiés de persistants abandonneraient leur mode de vie délinquant en raison de certains « points tournants » ou des circonstances de vie, tels quel qu’un nouvel emploi, la venue d’un enfant ou la découverte d’une nouvelle occupation significative. Ces points tournants leur permettraient de s’engager dans des activités prosociales qui donnent un sens à leur vie et les empêchent de commettre des délits. Par exemple, plusieurs ex-délinquants persistants se tourneront vers des emplois où ils peuvent venir en aide à d’autres délinquants ou toxicomanes.

About The Author

Pas de commentairedans "Quiz : adolesence et délinquance"

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *