La déchéance du Canada

2271 0
CANADA-ATTACKS-POLITICS-PARLIAMENT

Publié le 31 octobre 2014

Alexandre, finissant en criminologie

Les derniers événements, qu’on pourrait qualifier d’attentats, ont secoué et choqué la population canadienne. Mais comme le dit Maurice Cusson, professeur émérite en criminologie de l’UDEM,  il n’est pas le temps de paniquer, ce sont des événements isolés, il serait prématuré de tomber dans un climat de peur et de vengeance. Cependant, chaque vie enlevée volontairement est une tragédie, une tragédie qui doit être analysée.

Mentionnons tout d’abord que ce ne sont pas des « Talibans » ,ou toute autre faction terroriste, qui sont responsables de ces événements tragiques. En effet, malgré ce que l’opinion publique sous-entend, ce sont des Canadiens, des gens bien d’ici qui ont commis ces actes. Mais qu’est-ce qui a pu mener des Canadiens à intenter à la vie de leurs concitoyens, comment peuvent-ils s’être radicalisés aussi vite?

Eh bien, nous pourrions aussi nous questionner à savoir comment avons-nous pu nous radicaliser aussi vite face à ceux qui ne prient pas le même Dieu ? Avons-nous déjà oublié nos ancêtres qui sont morts pour que notre pays soit un pays libre de penser et ce peu importe la religion, la langue ou la couleur de la peau. Ce qui est certain, c’est que le gouvernement conservateur ,lui, semble l’avoir oublié. En effet, un nombre incalculable de leurs mesures faites au nom de la sécurité ne font qu’empirer notre situation. Comme si le fait de répondre à la violence par la violence était devenu une mesure justifiée et adéquate. Pourtant n’est-ce pas une des premières choses qu’on apprend à nos enfants, que la violence ne règle jamais rien.

Il est indéniable qu’il faut avoir une certaine fermeté, il doit y avoir rétribution pour des actes criminels. Mais, que ce soit les mesures de guerre déclenchées dans les dernières semaines contre d’autres pays ou bien les mesures discriminatoires, comme le retrait de passeport canadien à des gens jugés à risque, ce ne sont pas des mesures rétributionnelles, mais des mesures préventives, qui sont inefficaces et qui ne font que  jeter de l’huile sur le feu.

L’escalade de la violence est belle et bien commencée, et avant que la situation ne dégénère, nous devons réaliser ce que l’ère Harper a fait à notre pays. Le Canada a longtemps été un des pays les plus respectés dans le monde en entier, un pays qui prônait des valeurs de paix, d’entraide et de soutien. Personne n’avait l’idée d’attaquer le Canada, que ce soit de l’intérieur ou de l’extérieur, qui oserait attaquer « le bon Jack », et bien nous avons appris à nos dépends que ce temps est révolu…

Oui les hostilités sont lancées, à nous d’y réagir, comment allons-nous répondre à ces gestes? Allons-nous nous fermer l’esprit et nous dire que nos mesures extrêmes sont justifiées dû aux actes de ces extrémistes ou allons-nous faire preuve de lucidité, en comprenant que se sont ces mêmes mesures qui ont créé ces extrémistes. Allons-nous tenter de dissuader par la peur ou allons-nous faire preuve d’intelligence en nous rappelant que l’histoire a démontré qu’aucune civilisation n’a réussi à instaurer la paix par la peur. Regardons Carthage, ou bien Rome ou encore le 3e Reich, un jour ou l’autre, les régimes totalitaires violents sont inévitablement renversés, et ce aux prix élevé du sang de leurs citoyens. Non, je ne compare pas les mesures Harperiennes à celles d’Hitler ou Staline. Mais, il est aujourd’hui indéniable que l’opinion des scientifiques, d’experts et/ou d’autres partis politiques n’ont que peu d’importance à ses yeux. Il dirige selon ses bonnes volontés et nous sommes malheureusement en train de devenir le 51e État des États-Unis d’Amérique.

Non, le Canada n’est plus le « plus meilleur pays du monde », comme le disait le cher Bob Gratton, mais il peut le redevenir et il le faut. Il faut redevenir le pays pacifiste et intelligent qu’il était jadis. Un pays qui était un exemple à suivre dans les domaines scientifiques, environnementaux et de l’entraide, ne laissons pas la peur gangréner nos valeurs fondamentales de justice et d’équité. Il est toujours temps de changer de mentalité, il sera toujours temps de changer de mentalité, soyons meilleurs, soyons plus intelligents que ces extrémistes et à travers le dialogue et la médiation, ramenons la paix et la sécurité à nos concitoyens.

About The Author

Pas de commentairedans "La déchéance du Canada"

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *